Vous êtes ici : Infos > Famille > Changement de régime matrimonial

Changer de régime matrimonial

J'ai entendu parler du changement de régime matrimonial. De quoi s'agit-il ?

Puisque vous êtes mariés, vos biens sont soumis à un certain nombre de règles juridiques spéciales appelées régime matrimonial.

Tout le monde a le choix entre plusieurs sortes de régimes matrimoniaux : communauté de biens, séparation de biens, participation aux acquêts, ainsi que de nombreuses variantes de ces régimes.

Pour adopter un régime matrimonial, il suffit après réflexion et consultation de votre Notaire, de signer un contrat avant le mariage, faute de quoi la loi choisit pour vous le régime de la communauté de biens réduite aux acquêts.

Mais si, au cours du mariage, le régime n'est plus adapté à l'intérêt de la famille, les époux peuvent décider de le modifier en signant avec leur Notaire un contrat de changement de régime matrimonial qui devra ensuite être homologué par le juge. Il est même possible de changer de régime tous les deux ans.


Pourquoi changer de régime matrimonial ?

En simplifiant, on peut dire qu'il y a deux cas :
Premièrement, il est possible que le régime matrimonial légal soit inadapté dès le départ. Les jeunes mariés qui ne font pas de contrat de mariage sont soumis automatiquement au régime légal de la communauté de biens réduite aux acquêts. Pas toujours bien informés de leurs droits, ils n'ont donc pas forcément le régime qui convient le mieux à leur situation. Ils ne s'en rendront souvent compte qu'après quelques années, ou à l'occasion d'un problème, ou même d'un drame. Il leur faudra changer de régime matrimonial, à condition qu'il ne soit pas trop tard.
Deuxièmement, il arrive qu'un régime matrimonial, qui était bon au départ, se révèle inadapté après plusieurs années. La vie apporte bien des changements... Le plus souvent, les jeunes mariés ont peu ou pas d'économies ou de biens, et les enfants sont jeunes. Puis ils deviennent propriétaires de leur logement, les enfants grandissent. Peuvent arriver ensuite les changements d'emploi ou même de métier et parfois les emprunts ou de nouveaux engagements professionnels. Un salarié peut devenir artisan ou commerçant ou le contraire. Un héritage ou une donation peuvent aussi intervenir et modifier la façon de voir l'avenir.

Enfin, on cherche à protéger le dernier vivant pour le cas de décès, pour réduire les frais et les soucis d'une succession. De temps en temps, il faut faire une "révision" de son régime matrimonial pour être sûr qu'il est toujours bien adapté. Demandez conseil à votre Notaire, spécialiste du droit de la famille et du patrimoine.


Nous sommes mariés sous le régime de la séparation de biens. Nos enfants sont installés maintenant. Nous souhaitons nous éviter des soucis et des frais en cas de décès. Que nous conseillez-vous ?

Chaque cas est particulier, et il est très important pour vous donner les meilleurs conseils, de bien étudier votre dossier, avec toutes les composantes familiales, professionnelles et patrimoniales.

Toutefois, sachez qu'il est possible de simplifier de façon très importante le règlement d'une succession grâce à des clauses spéciales insérées dans un contrat de mariage ou de changement de régime matrimonial. Les époux peuvent, par exemple, se garantir une totale indépendance pour l'avenir et assurer la tranquillité de leurs "vieux jours".

Compte tenu de votre régime actuel, il semble qu'un changement de régime sera utile. Vous pourriez choisir une solution avantageant le conjoint en pleine propriété ou en usufruit, sur une partie de vos biens, voire sur la totalité. Mais là, attention à ne pas léser les enfants.

Rencontrez votre Notaire et faites étudier votre dossier dès maintenant. La procédure peut prendre plusieurs mois au total.


Nous sommes mariés sans contrat depuis un an et mon épouse désire créer un commerce. Je suis cadre dans une grande entreprise. Quel conseil nous donnez-vous ?

Mariés sans contrat, vous êtes soumis au régime matrimonial légal de la communauté de biens réduite aux acquêts. Excellent régime dans bien des cas, ce régime peut être gênant si l'un des époux doit prendre des risques financiers importants, car il peut exposer les biens du ménage (le logement commun, par exemple) aux poursuites éventuelles des créanciers. Toute entreprise comporte des risques et il faut s'organiser en toute connaissance de cause.

Il n'y a pas de solution toute faite, et votre cas mérite une étude approfondie. Il est tout de même possible de vous dire tout de suite qu'un régime de séparation de biens, ou même de participation aux acquêts pourrait être une solution.

De toute façon, même si vous devez changer de régime matrimonial, il vous faudra attendre encore un an, car la loi impose un délai de deux ans après le mariage pour pouvoir effectuer ce changement. En attendant, d'autres solutions sont peut-être envisageables.

Il faut soumettre votre dossier à votre Notaire. Lui seul peut vous fournir un diagnostic certain.


Combien coûte un changement de régime matrimonial ?

Chaque cas étant particulier, il n'est pas possible de donner un prix applicable à tous. Plus les époux ont de biens et plus le coût (surtout fiscal) risque d'être élevé.

Pour donner une idée, les changements les moins onéreux coûtent de l'ordre de 650 €. De toute façon, votre Notaire fera un bilan coût / avantages et vous déciderez en fonction du résultat.

Quelques liens
Qui sont les héritiers désignés par la loi ?
Conjoint, enfants, père et mère...
La loi protège-t-elle particulièrement certains héritiers ?
Qu'est-ce que la réserve ? Qu'est-ce que la quotité disponible ?
Les droits au logement du conjoint survivant
Le droit temporaire et le droit viager, pour un maintien dans les lieux.
Ne prendre qu'une partie de l'héritage : le cantonnement
Il s'agit de la possibilité de limiter ses droits dans la succession à une partie des biens.
A quoi sert le généalogiste ?
Quelques informations concernant ce professionnel mal connu
 

 
Optimisé pour une résolution de 1024x768 - Mentions légales
1. Propriétaire et éditeur du site
Philippe LEFRANCOIS
19 rue du Palais de Justice - 50700 VALOGNES
02.33.21.60.60
N° TVA intracommunautaire : FR11420606097

2. Hébergeur
yulPa SAS
10 rue de Penthièvre
75008 PARIS
SIRET : 827 892 316 00015 - NAF : 6311Z - TVA : FR11827892316

3. Protection des données à caractère personnel
Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu.
Aucune information personnelle n'est cédée à des tiers. Néanmoins, nous nous réservons le droit de transmettre des informations personnelles si la loi l'exige ou si une action est nécessaire pour le traitement des réclamations.
Étant donné que les formulaires en ligne sont toujours remplis volontairement, vous êtes libre de refuser de remplir un formulaire en ligne. Cependant, si vous choisissez de ne pas le/les remplir, certains services ne pourront vous être fournis.
Ce traitement est référencé dans la liste maintenue par le Correspondant Informatique et Libertés désigné par l’office notarial de Me Philippe LEFRANCOIS.

3.1. Cookies non persistants
? Qu'est qu'un cookie ?
Un « cookie » est un petit bloc de données envoyé par un serveur web et stocké sur le disque dur de votre ordinateur (ordinateur, tablette, Smartphone...).
- Quels sont les cookies utilisés ?
Nous n'utilisons aucun type de cookies.

3.2. Droit d’accès
Conformément à la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification aux données personnelles vous concernant. Si vous voulez exercer ce droit, il vous suffit d’écrire au correspondant Informatique et Libertés de l’Office notarial à cil@notaires.fr.
En conformité avec nos principes, ces données ne sont jamais cédées à des tiers pour des raisons commerciales ou marketing. L’Editeur s'engage contractuellement à assurer la plus stricte confidentialité des données ainsi confiées, sauf injonction judiciaire.

3.3. Liste de diffusion
Les adresses électroniques recueillies dans le cadre de la liste de diffusion ne sont utilisées que pour l’envoi d’alertes ponctuelles.

- Hébergement