Vous êtes ici : Infos > Patrimoine > Assurance vie et clause bénéficiaire

Assurance vie

Attention à la rédaction de la clause bénéficiaire…

La rédaction de la clause bénéficiaire d'un contrat d'assurance-vie constitue, en dépit de son apparente simplicité, un exercice souvent délicat pour le souscripteur. Cette difficulté reste fréquemment méconnue et peut donc occasionner de cruelles désillusions aux personnes que le souscripteur entendait gratifier.

Par exemple, de nombreux souscripteurs choisissent de désigner comme bénéficiaires une "catégorie" de personnes, comme par exemple leurs enfants. La validité juridique de cette désignation, qui renvoie à des bénéficiaires dont le nom n'est pas précisé, mais qui peuvent néanmoins être identifiés, ne doit pas occulter sa mauvaise adéquation aux souhaits de la majorité des disposants.

En effet, c'est à l'époque de l'exigibilité du capital qu'il faut se placer pour identifier les bénéficiaires ainsi désignés. Le capital se répartira donc entre les enfants vivants (ou conçus) au jour du décès de l'assuré. Au cas où l'un des enfants du souscripteur serait décédé avant ce dernier, les petits-enfants n'auront aucune vocation à recueillir la part de capital que leur auteur aurait dû percevoir s'il avait été en vie. Faute d'avoir été expressément prévu, le mécanisme de la représentation ne se présume pas.

Rappelons que le mécanisme de la représentation prévu en matière de succession par le droit civil permet, lorsque l'un des enfants du défunt est lui-même décédé mais laisse des enfants, que ces derniers se partagent la part qu'aurait reçue leur père ou mère. Leur droit successoral s'exerce alors en représentation du droit de leur ascendant. La représentation est permise en ligne directe (c'est-à-dire au profit des descendants), mais aussi en ligne collatérale privilégiée (au profit donc des descendants des frères et sœurs du défunt).

On remarque également que certains souscripteurs désignent "leurs descendants par parts égales". Cette rédaction a certes le mérite de ne pas écarter les petits-enfants du bénéfice de l'assurance-vie, mais elle peut aboutir à avantager la branche de l'éventuel enfant prédécédé si lui-même avait plusieurs enfants (voir l'exemple).

C'est pourquoi dans ces cas, il est préférable d'opter pour le mécanisme habituel de la représentation, la clause étant rédigée de la manière suivante "mes enfants vivants ou représentés". Précisons enfin que la clause "mes héritiers" permettrait également de préserver les droits des petits-enfants puisque l'article L.132-8 du Code des assurances énonce que les héritiers ont droit au bénéfice en proportion de leurs parts héréditaires, ce qui permet détendre à cette clause bénéficiaire les effets habituels des règles successorales de la représentation.


Exemples :
Marie Dupont décède en laissant deux enfants, Pierre et Jacqueline, et deux petites-filles, Clémentine et Élodie, venant en représentation de leur père Philippe, décédé. Son patrimoine hors assurance-vie s'élève à 300.000 € et elle était souscripteur-assuré d'un contrat d'assurance-vie dont le capital représente 120.000 €.

Son patrimoine hors assurance-vie ira pour un tiers (soit 100.000 €) à Pierre, pour un tiers à Jacqueline, et pour un sixième (50.000 €) à chacune des petites-filles, Clémentine et Élodie.

L'affectation des fonds issus du contrat d'assurance dépendra de la clause bénéficiaire retenue.

Si elle a choisi comme clause bénéficiaire "mes enfants" :
Pierre et Jacqueline recevront 60.000 € chacun.
Clémentine et Élodie ne recevront aucun capital d'assurance.

Si elle a choisi comme clause bénéficiaire "mes descendants" :
Pierre, Jacqueline, Clémentine et Élodie recevront chacun 30.000 €.

Si elle a choisi comme clause bénéficiaire "mes enfants, vivants ou représentés" :
Pierre et Jacqueline recevront 40.000 € chacun, alors que Clémentine et Élodie auront droit à 20.000 € chacune.
La répartition du capital serait la même si elle avait désigné comme bénéficiaires "mes héritiers".

Ici encore, l'apparente simplicité de la rédaction d'une clause bénéficiaire poursuivant un but des plus usuels - la gratification des descendants du souscripteur - ne doit pas occulter l'intérêt de recourir à une rédaction "sur mesure" avec, si possible, l'assistance d'un juriste spécialiste du droit de la famille.

 
Optimisé pour une résolution de 1024x768 - Mentions légales
1. Propriétaire et éditeur du site
Philippe LEFRANCOIS
19 rue du Palais de Justice - 50700 VALOGNES
02.33.21.60.60
N° TVA intracommunautaire : FR11420606097

2. Hébergeur
yulPa SAS
10 rue de Penthièvre
75008 PARIS
SIRET : 827 892 316 00015 - NAF : 6311Z - TVA : FR11827892316

3. Protection des données à caractère personnel
Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu.
Aucune information personnelle n'est cédée à des tiers. Néanmoins, nous nous réservons le droit de transmettre des informations personnelles si la loi l'exige ou si une action est nécessaire pour le traitement des réclamations.
Étant donné que les formulaires en ligne sont toujours remplis volontairement, vous êtes libre de refuser de remplir un formulaire en ligne. Cependant, si vous choisissez de ne pas le/les remplir, certains services ne pourront vous être fournis.
Ce traitement est référencé dans la liste maintenue par le Correspondant Informatique et Libertés désigné par l’office notarial de Me Philippe LEFRANCOIS.

3.1. Cookies non persistants
? Qu'est qu'un cookie ?
Un « cookie » est un petit bloc de données envoyé par un serveur web et stocké sur le disque dur de votre ordinateur (ordinateur, tablette, Smartphone...).
- Quels sont les cookies utilisés ?
Nous n'utilisons aucun type de cookies.

3.2. Droit d’accès
Conformément à la Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification aux données personnelles vous concernant. Si vous voulez exercer ce droit, il vous suffit d’écrire au correspondant Informatique et Libertés de l’Office notarial à cil@notaires.fr.
En conformité avec nos principes, ces données ne sont jamais cédées à des tiers pour des raisons commerciales ou marketing. L’Editeur s'engage contractuellement à assurer la plus stricte confidentialité des données ainsi confiées, sauf injonction judiciaire.

3.3. Liste de diffusion
Les adresses électroniques recueillies dans le cadre de la liste de diffusion ne sont utilisées que pour l’envoi d’alertes ponctuelles.

- Hébergement